Au secours ! Il y a un rapace dans ma classe

Un livre jeunesse pour parler du harcèlement

17,00 € 17.0 EUR 17,00 €

17,00 €

(0,00 € / Unités)

    Cette combinaison n'existe pas.

    Veuillez vous connecter pour acheter

    Un livre jeunesse pour parler du harcèlement


    « A l’école, parfois, je me sens tout nu.
    Surtout quand Griffus est dans les parages. 
    Griffus dit que mes mollets sont trop gros. Que mon cerveau a dû rétrécir, un jour, au lavage. 
    Griffus dit toujours ça très fort. Et devant toute sa bande… »

    Cet album illustre de façon pragmatique comment les enfants victimes de harcèlement ou de difficultés relationnelles peuvent reprendre le pouvoir sur la situation. 

    Il s’inspire d’une part de la stratégie des flèches de résistance proposée par Emmanuelle Piquet, thérapeute spécialisée dans les souffrances scolaires et auteure de nombreux ouvrages sur le sujet, et de l’autre des techniques de répartie proposées par Geneviève Smal et son jeu Takattak©

    Sans nier ni exagérer la violence, cette méthode entend renforcer l’enfant et lui fournir des outils afin qu’il sorte grandi de ce cercle vicieux, armé pour la vie.

    Autrice : Coralie Ramon
    Illustrateur : Quentin Ketelaers
    Edition : Psychoeducation.be

    40 pages

    Vous n'avez pas envie de payer des frais de port ? suggérez à la librairie près de chez vous de commander le livre chez nous :-) 
    Vous ferez d'une pierre deux coups : pas de frais de port pour vous, et vous nous aidez à diffuser nos livres dans les boutiques.

    Interview croisée de ces deux oiseaux rares pour qui « C’est bien, les crises ! ».


    Qu’est-ce qui vous a motivé à publier ce livre ?

    Coralie : Moi-même maman de trois enfants et ayant été institutrice, cela me touche de voir la violence à l’école et de constater que les adultes ne la reconnaissent pas toujours. On vit dans une génération où rien n’est grave, où rien ne doit l’être. Mais ce qui est grave justement, c’est la
    cristallisation ou l’amplification qu’on fait souvent d’un problème. Clairement, les enfants sont souvent désarmés face à des situations de harcèlement. Et quand je dis « harcèlement », ce n’est pas toujours lié à un comportement agressif. C’est souvent plus perfide. Cela commence au
    moment même où quelqu’un prend l’ascendant sur un.e autre. Pour ça, j’aime me référer au thermomètre du harcèlement imaginé par Anaëlle Schmit, son fameux « harcèlomètre ». Il ne faut pas toujours être dans le rouge pour juger qu’un comportement est acerbe.

    Quentin : Les problèmes que connaissent les enfants sont en fait souvent les mêmes que connaissent les adultes. Notre but avec ce livre est de permettre de relativiser, d’aborder un problème de société de manière plus légère et d’apporter des solutions. Ici, il est surtout question
    de harcèlement psychologique, pas physique.


    A qui s’adresse ce livre ?

    Coralie : C’est avant tout une lecture préventive, pour outiller l’enfant à faire face à des potentiels harceleurs. Ce livre n’est pas un pansement. Il ne faut pas attendre d’être harcelé pour le lire. S’il est destiné à être lu à quatre yeux, il peut par contre être utile à beaucoup d’autres…

    Quentin : Il faut prendre ce livre comme un outil, pas comme une vérité. C’est une proposition de solution pour apprendre à l’enfant à se protéger, ce n’est évidemment pas LA solution. C’est une sorte de pense-bête de possibilités de réponses…


    Quels sont les détails du livre auxquels vous avez particulièrement fait attention ?

    Coralie : Nous avons écrit ce livre en nous référant à la démarche d’Emmanuelle Piquet et de l’École de Palo Alto qui va à 180° des approches habituelles où l’on se concentre parfois exclusivement sur le harceleur : on le convoque, le réprimande, le punit et même le vire de l’école
    dans certains cas. Chez Palo Alto, on va plutôt faire l’inverse : c’est-à-dire qu’on va travailler avec l’enfant harcelé afin de lui redonner le pouvoir en lui octroyant des flèches de riposte. Pour renforcer son estime de soi. Lui apprendre à répliquer. Développer ses habiletés sociales. On n’a
    aussi volontairement pas donné de prénom à l’enfant harcelé dans le livre, de manière à ce que tout le monde puisse s’identifier à lui. Il n’y a pas de présence de parents non plus : l’enfant pense qu’il ne peut compter que sur lui-même, comme c’est souvent le cas dans ce genre de
    situation/problématique. Enfin, on a dépeint Emmanuelle Piquet sous les traits du personnage d’Emma Pique, en gage de clin d’œil…

    Quentin : Au niveau des illustrations, on a également retravaillé certains détails au fur et à mesure. On a mis des ventouses au bout des flèches, par exemple, au lieu de piques : l’idée est vraiment de montrer à l’enfant qu’il ne faut pas répondre à la violence par la violence. Au début,
    Griffus, le harceleur, était aussi plus effrayant. Mais on a choisi de lui donner une plus chouette tête pour souligner justement les caractéristiques variées des harceleurs. Dans ce cas-ci : plutôt mignon, très populaire, entouré de plein d’amis, … Avec des cheveux tout de même qui
    rappellent les serres et le plumage d’un rapace… Quoiqu’il est clair que les harceleurs sont bien entendu souvent eux-mêmes en souffrance.
    Envisagez-vous de publier d’autres livres ensemble sur d’autres thèmes ?

    Coralie : Oui, certainement. Nous avons déjà collaboré ensemble sur mon premier livre, ‘Petit Nuage Gris’, pour lequel Quentin a retravaillé les illustrations. Mais nous avons pas mal d’idées à explorer encore ! Le prochain livre traitera peut-être de dyslexie…

    Quentin : J’ai moi-même aussi déjà illustré un livre « Au Secours, mes parents divorcent ! ». Et on se rend compte en effet que cette série « Au Secours ! » nous offre un boulevard de thèmes à développer ! Donc à suivre…



     
     



    La presse en parle

    Le Journal des Enfants du 3 novembre 2022 :



    Retrouvez "Au secours ! Il y a un rapace dans ma classe" dans les points de vente ci-après



    Rue Bas de la Place, 16
    5000 Namur



    Rue Middelbourg, 1  
    1170 Watermael-Boitsfort



    Avenue Albert 1er, 18b  
    1332 Genval
    Rue Lelièvre, 1  
    5000 Namur






    Avenue Albert Ier, 12
    1332 Genval







    Oliwood Toys Ixelles
    Chée de Waterloo, 529  
    1050 Ixelles



    Chée de Louvain, 395  
    1300 Wavre



    Rue de Tubize, 50
    1440 Braine-le-Château
      




    Rue Grande, 67a
    5500 Dinant



    Avenue G. Demey,14-16
    1160 Auderghem

    5500 Dinant